ANCIEN COLLÈGE VICTOR HUGO, 3 RUE RASPAIL, 34200 SÈTE

Après quelques discours opportunément compendieux tenus acrobatiquement sur les marches de l’escalier de l’ancien collège, il faut sortir dans la cour d’école, à l'ombre des quelques platanes un peu décatis, pour prendre part au buffet dans une ambiance apparemment très ''pro'': un nombre hallucinant de personnes, muni de ''pass'' ornant les poitrines, discute métier. Le buffet se résume hélas à quelques maigres chips, cacahuètes et autres denrées soufflées industrielles. Les vins Fortant de la maison Skalli sauvent un tant soit peu la mise, notamment le muscat pétillant. Usage systématique de gobelets en plastique. La multiplication des vernissages – neuf en quatre jours – lors de ce festival photographique n’augure rien de bien réjouissant. Une formation serait certainement à envisager afin de rappeler où se trouvent les vraies valeurs augurant un vernissage réussi.
(accès avec google maps)

CENTRE ALBERT CAMUS, PLACE DE LA MAIRIE, 65600 SÉMÉAC

Le buffet est dans le hall d'entrée. Après des discours assez brefs et à l'heure on s'approchera du buffet simple et correct. Bon jurançon et vin rouge du languedoc, jus de fruits, pizzas, quiches et plateau de charcuteries, pain de campagne, gâteau au chocolat. Service correct. Conversations amicales.
(accès avec google maps)

LE BEFFROY, 2 PLACE EMILE CRESP, 92120 MONTROUGE

Du haut de ses 43 mètres, le beffroi de Montrouge domine la ville avec son imposante façade de briques rouges et son cadran art déco (Henri Decaux architecte). Il accueille tous les ans un salon dédié à la jeune création contemporaine. Il est assez facile d'accèder au buffet à l’extérieur sur la place Émile Cresp soigneusement délimitée par un dispositif de barrières métalliques surveillées par un imposant service d’ordre filtrant les entrées (les vrais amateurs de vernissages savent contourner ces futiles obstacles). Ce public de faux happy few, cantonné sur la place et étonnamment livré au regard des passants qui devaient contourner les barrières, dissertait trop bruyamment autour de quelques maigres chips et autres nachos épicés, le tout arrosé de vins de Pays d’oc – blanc, rouge et rosé – versés dans des verres à pied malheureusement en plastique (le même buffet était proposé à l’étage). Eu égard à l’importance affichée de l’événement et l’éminente présence de notables, on aurait pu être en droit d’espérer un bien meilleur buffet. Cependant, les quelques bribes d’une conversation subrepticement entendue, nous en révélaient la raison: désormais, les politiques se voulaient moins ostentatoires avec l’argent public et troquaient donc petits fours et Champagne coutumiers contre chips, vins de Pays et sodas. Un bien mauvais choix et un bien mauvais exemple pour ces jeunes artistes qui partent là sur de bien mauvaises bases!
(accès avec google maps)

LE CARMEL, 14 RUE THÉOPHILE GAUTIER, 65000 TARBES

Le lieu d’exposition est une ancienne chapelle. Les discours sont assez brefs. La conversation est agréable et porte sur le temps qu’il fait, la lecture et la montagne. Mais le buffet est bien faible (muscat, vin blanc, biscuits pour apéritif, charcuterie). Assiettes en plastique.
(accès avec google maps)

UN OLIVIER DANS LES ÉTOILES, 11 RUE SAINT-GÉRALD, 69700 GIVORS



Le lieu d'exposition est un appartement de la cité des Etoiles, une réalisation remarquable de l'architecte Jean Renaudie. Elle a été construite entre 1974 et 1981 et labellisée "Patrimoine du XXe siècle" en 2003. Cet ensemble de logements s'implante soigneusement sur un site naturel exceptionnel, la colline Saint-Gérald et se caractérise par une forme architecturale et urbaine unique. Une quarantaine de personnes. Le buffet est dans le salon et l'on va aussi sur la terrasse pour sa belle vue sur les Étoiles et sur la colline. Après quelques discours brefs et l'inauguration d'une plaque commémorative, on appréciera les cakes aux légumes, les crackers et tapenades, le kir au prosecco, les bières en bouteilles ... Service soigné. Ambiance amicale, on ne voit aucune œuvre exposée.
(accès avec google maps)

ANCIENS LOCAUX DU PROGRÈS, 4 PLACE HENRI BARBUSSE, 69700 GIVORS

Les anciens locaux du Progrès, presse locale à fort tirage, seront prochainement occupés par une agence bancaire. Pour l’instant ils sont temporairement mis à disposition d’un collectif de designers et d’architectes. Deux barnums sous lesquels sont vendus churros, portions de paella, acras de morue, barbe à papa et boissons banales attirent du monde sur la place de la mairie. Des discours inaudibles, interminables et politiquement corrects se déroulent à l’intérieur: on peut donc facilement les éviter. Les habitants du quartier viennent à pied depuis les bâtiments voisins. Les artistes, eux, se déplacent en train depuis la métropole voisine, puis à vélo de la gare vers leur public. On les reconnaît facilement, ils sont prudents et portent tous un casque à vélo, ils ont tous le même sac à dos trendy (rectangulaire en cuir et qui s’enroule sur le haut). Ils luttent bien évidemment pour le climat. Ils ne restent pas tard, le dernier train pour Lyon ne les attendra pas. À l’écart des réflexes grégaires, l’ambiance est très chaleureuse.
(accès avec google maps)

MAISON DES MÉTIERS DU CUIR DE GRAULHET, 33 RUE SAINT-JEAN, 81300 GRAULHET



Le musée se situe sur les berges du Dadou et occupe une bonne partie d’une ancienne mégisserie dont il reste quelques vestiges. L’accès y est labyrinthique au point de nécessiter un fléchage abondant: on traverse des salles, on monte et on descend des escaliers pour aboutir finalement à une vaste salle tout en long. Après les discours de circonstance, on se dirige en passant par l’extérieur vers une annexe où se trouve disposé le buffet. Quiches et pizza ''maison' côtoient boudin noir, fruits secs et quelques autres denrées non identifiées (notamment une mousse de couleur jaune laissée longtemps intacte). Le tout est accompagné de vins de la région: Gaillac rouge et blanc corrects. A noter, outre l’excellente anticipation d’un nombre suffisant de verres à pied, la présence saugrenue de quelques flacons de Picpoul de Pinet. La conversation est disparate, mais dans l’ensemble joviale et amicale.
(accès avec google maps)

VICTORIA MIRO, CALLE DRIO LA CHIESA, SAN MARCO 1994,VENEZIA



On peut voir passer les gondoles devant l'ancienne porte d'eau du bâtiment, maintenant vitrée. Sinon le buffet est dans la petite rue. Copieux et bon (prosecco, tramezzini, croissants fourrés au jambon, petits gâteaux). Service soigné. Ambiance sympathique.
(accès avec google maps)

PREMIO ARTE LAGUNA, NAPPE ARSENALE NORD, BANCHINA DELLA NOVISSIMA, FRONTE TESA 105, VENEZIA

L'unique intérêt du vernissage est la possibilité de visiter et de voir une bonne partie de la darse de l'Arsenal de Venise, habituellement interdite au public. Sinon beaucoup de monde et ambiance de foire aux bestiaux. L'attente interminable et les quelques bouteilles disposées dans un coin précipitent notre départ.
(accès avec google maps)

PINAULT COLLECTION, PALAZZO GRASSI, SAN SAMUELE 3231, VENEZIA

Pas de buffet. On pourra toutefois jeter un coup d'œil au bâtiment, ses plafonds et son atrium.
(accès avec google maps)

ALMA ZEVI, SALIZZADA SAN SAMUELE, SAN MARCO 3357, VENEZIA

Galerie de type ''white cube''. Une bonne partie du public bavarde à l'extérieur sur le joli campo. Mais le vin blanc n'est pas pour tout le monde et juste cinq personnes ont des verres. Quelques biscuits salés.
(accès avec google maps)

CHIESETTA DELLA MISERICORDIA, CAMPO DE L'ABAZIA, CANNAREGIO 3550, VENEZIA



La petite église de la Miséricorde se trouve sur la très jolie place de l'Abazia. L'église est désaffectée et fermée sauf quand elle abrite des expositions. On en profitera donc pour apprécier la structure romane modifiée à la Renaissance et complétée par six chapelles baroques. Quelques enfeus. On changera d'ambiance en passant au buffet qui se trouve dans une petite salle attenante transformée en une espèce de bar anglais. Fauteuils et canapés Chesterfield en cuir, bar (bois et marbre), serveur en costume très chic, plus une mosaïque de 1896, de style byzantino-torcellien. Très peu de monde et conversations urbaines à voix basse. Bon prosecco. Rien à manger.
(accès avec google maps)

GALLERIA ALBERTA PANE, CALLE DEI GUARDIANI, DORSODURO 2403/H, VENEZIA



La galerie est dans un ancien atelier, peu restauré. Très bons prosecco et biscuits salés, en quantité. Service soigné. Les conversations ne portent pas sur l'exposition.
(accès avec google maps)

GALLERIA MICHELA RIZZO, ISOLA DELLA GIUDECCA 800/9, VENEZIA



On prendra le bateau-taxi (dans le cadre du Venice Galleries View), tout en bois verni et coussins en cuir, pour arriver à un ancien bâtiment industriel converti en galerie d'art et appartements, gentrification oblige. Briques et vastes espaces. Après un discours assez bref, on passera au jardin. Beaucoup de monde. Palmiers, lauriers-roses et sièges disséminés sur le gazon. On commencera par de la mortadelle et du fromage (avec du pain un peu sec). Puis, en plat chaud: lasagnes.Ensuite, petits gâteaux au chocolat ou aux fruits confits. Cabernet italien. Le tout très correct (sans atteindre des sommets, et gobelets et assiettes en plastique). Ambiance chaleureuse.
(accès avec google maps)